Le prêt professionnel : outil de financement des entreprises

Comme son nom l’indique, le prêt professionnel est un prêt à destination uniquement des professionnels. La notion de professionnel est à entendre dans un sens relativement restreint. Le prêt professionnel correspond à des besoins spécifiques, propres aux entrepreneurs et aux entreprises. Ces besoins sont de trois ordres, besoins en équipements, besoins  immobiliers, besoins en trésorerie. Dans la réalité, le prêt professionnel regroupe différents prêts qu’il convient de mettre à jour.

 

Qui peut bénéficier d'un crédit professionnel ?

Le prêt professionnel, dans sa définition générale telle qu’elle a été précisée en introduction, s’adresse essentiellement aux professionnels. Qui sont ces professionnels ? Quelles sont les professions concernées ?

Il convient de mettre en avant le fait que les professionnels pouvant faire usage du prêt professionnel sont clairement délimités. Tous les professionnels ne peuvent pas y avoir accès.
 
Le prêt professionnel s’adresse en effet plus particulièrement aux artisans, commerçants, professions libérales (architecte, avocat...), professions médicales (infirmier, médecin...), agriculteurs, auto-entrepreneurs ainsi qu’aux associations.

Cela nous permet de comprendre la philosophie qui a gouvernée à la mise en place de ces formes de prêts. Dans le contexte français, les TPE et PME sont les entreprises qui embauchent le plus de personnes. En leurs permettant de se développer via un accès facilité au prêt, l’Etat entend promouvoir l’emploi. Il s’agit aussi de faciliter la liberté d’entreprendre…

Les besoins des entreprises finançables

Par le prêt professionnel, les banques entendent répondre aux besoins des entreprises qui peuvent résumée en trois groupes.

Les besoins en équipements


Il s’agit tout d’abord des besoins d’équipements. Bien souvent, une entreprise ne dispose pas des fonds nécessaires pour acquérir un équipement pourtant nécessaire à son développement. L’achat d’un tel équipement pourrait mettre en péril l’entreprise en cas de baisse de l’activité.  Le prêt professionnel lui permettra alors de limiter les risques en achetant l’équipement voulu à crédit.

Les besoins immobiliers


Le prêt professionnel peut aussi permettre aux entreprises de répondre à leurs besoins en terme d’immobilier. Il peut s’agir de la construction de nouveau locaux ou bureaux, ou encore de l’acquisition. Il convient de noter que la défiscalisation fait aussi partie de ces besoins.

Les besoins en trésorerie


La trésorerie peut permettre de financer une augmentation de capital, le rachat de part sociale ou un fond de roulement. Le prêt professionnel permet alors d’augmenter le montant de la trésorerie afin de rendre l’ensemble de ces opérations possibles.

Les différentes formes de prêt professionnel

Nous pouvons distinguer globalement 8 formes que peut prendre le prêt professionnel. Il s’agit du prêt amortissable, de la réserve de crédit, du rachat de crédit, du crédit bail ou encore de l’affacturage, l’escompte, la facilité de caisse et finalement le découvert. Nous pouvons les distinguer les prêts professionnels qui se rapprochent des prêts aux particuliers et les prêt répondant spécifiquement à des besoins professionnels.

Le prêt professionnel classique


  • Le prêt amortissable : Il s’agit de la forme la plus classique du prêt professionnel correspondant à une somme d’argent avancée à rembourser suivant un échéancier fixé.
  • La réserve de crédit : La réserve de crédit existe autant pour les particuliers que pour les professionnels. Il s’agit d’une somme d’argent que les entrepreneurs renouvellent grâce à leurs remboursements.
  • Le rachat de crédit : Là encore, les particuliers ont aussi largement accès à ce prêt qui permet de regrouper l’ensemble des crédit sous une seule et unique mensualisation, diminuant ainsi le cout par le mécanisme de la baisse du Taux Effectif Global.

Les prêts professionnels répondant aux besoins spécifiques des entrepreneurs


Le leasing

Encore appelé crédit-bail, Il s’agit du mécanisme par lequel un établissement financier met à la disposition d’une entreprise un bien pour une période donnée en échange d’un loyer pour l’usage de ce bien. Les avantages sont nombreux pour les entreprises, mais cela se fait au dépend d’un titre de propriété sur le bien concerné.

L’affacturage

L’affacturage est un mécanisme permettant à une entreprise de sous-traiter la gestion de son compte client à un établissement spécialisé, souvent appelé factor, ou société d’affacturage. Cela permet surtout à l’entreprise un gain de trésorerie immédiat ainsi qu’une plus grande flexibilité.

L’escompte

Le principe est le même que l’affacturage, à ceci près que l’escompte concerne les effets de commerce. L’entreprise remet alors à la banque ses effets de commerce en échange d’une somme d’argent correspondant à la valeur des effets de commerce.

La facilité de caisse

La facilité de caisse consiste en l’octroi par la banque d’un découvert pour une durée déterminée (souvent 15 jours) dans le but de faire face à d’éventuels décalage de trésorerie.

Le découvert

Il s’agit du même principe que celui de la facilité de caisse, sauf que le découvert peut concerner une période supérieure à 15 jours.