Le factoring ou affacturage

Le factoring, ou affacturage en français est une solution de financement mal connu des dirigeants de petites entreprises. Il permet pourtant de faire face à des problèmes passagers de trésorerie.

Qu’est-ce le factoring ?

Le factoring permet à une entreprise de profiter de financements qui vont venir compléter ou remplacer des prêts professionnels habituels.

Le principe d'affacturage est simple : l’entreprise fait appel à une société extérieure appelée « factor » pour qu’elle s’occupe de l’administration de ses factures en cours et parfois du financement de ses créances.

Le rôle du factor, quant à lui, permet d’assurer un suivi individuel des débiteurs en vue d’un paiement rapide et sans problème. Le factor vérifie la solvabilité des clients de l’entreprise puis cette dernière cède ses factures au factor qui lui consent un financement immédiat, une avance de trésorerie.

Cette méthode de financement indirect s’adresse à toutes les entreprises sans aucune distinction de taille ou d’activité qui facturent des services ou des marchandises à d’autres entreprises privées ou publics. Le factoring se pratique naturellement entre les entreprises mais fonctionne aussi à propos de commandes ou de marchés publics.

Le factoring comprend la garantie des clients, le recouvrement et la gestion des règlements.

Mise en place du contrat du factoring

Réaliser un factoring implique des obligations des deux parties concernées. En effet, pour l’entreprise, cela demande de faire figurer sur toutes les factures la nouvelle adresse de paiement et également d’adresser au factor une copie de toutes ses factures avec les justificatifs de demandes et de livraison.

Pour ce qui est du factor, il s’engage à gérer la relance et le recouvrement et assume aussi le risque des impayés.

Coût du factoring

Un contrat de factoring coûte entre 0.7 et 2.2% des factures concernées, TVA comprise d’une entreprise en moyenne. Evidemment, ce coût s’ajuste en fonction du chiffre d’affaire mais aussi du nombre des clients, du nombre de factures à traiter, du secteur d’activité et de la nature des clients.

Avantages du factoring

La méthode de l’affacturage peut aider une entreprise à accroitre son développement et permet, lorsque celle-ci est en phase de démarrage, de compenser l’insuffisance de trésorerie ou de crédits octroyés.

Cela peut en parallèle optimiser la gestion du poste clients. Le factoring offre des garanties contre les défaillances de paiement des clients.

Grâce à cette méthode, lorsque l’entreprise a atteint un rythme de croisière suffisant, il est plus facile pour elle de se concentrer sur son activité et de déléguer les tâches spécialisées à des professionnels avertis.

En somme, le factoring, c’est un gain de temps, un gain de productivité à terme, un gain de sécurité et une possible rentabilité des ressources de l’entreprise.

En effectuant une demande factoring, l’entreprise peut avancer le paiement de ses factures et recevoir en contrepartie une avance de fonds sous 24 à 48 heures.

En termes de crédit, c’est le crédit le plus court terme possible car il se propose de suivre l’évolution de la facturation.

Inconvénients du factoring

Evidemment, comme pour tout crédit ou tout service, il existe quelques inconvénients au factoring, en voici quelques uns :

  • Le principal inconvénient, toutefois, demeure son coût élevé car il fait partie des moyens de financement parmi les plus coûteux.
  • Un autre inconvénient est la retenue effectuée au titre de fonds de garantie : ainsi l’entreprise ne peut récupérer qu’au maximum qu’entre 85 et 90% du montant de sa créance hors taxe.
  • Il existe aussi un risque réel que le factor néglige la qualité de relances auprès des clients de l’entreprise afin de faire payer une charge d’intérêts plus conséquente : ce risque existe et il faut savoir en tenir compte, c’est pourquoi le choix de la société de factoring ne doit pas une décision prise à la légère.
En somme, les inconvénients peuvent se regrouper ainsi : une durée d’engagement de 1 an au minimum mais aussi le coût du financement qui reste proche de celui d’un crédit bancaire classique. Le troisième point reste la demande de justificatifs qui peut être pesante pour l’entreprise, même si cela reste logique afin que le factor ne finance pas à l’aveugle l’entreprise.